Le mec de la tombe d’à côté – Katarina MAZETTI

EN BREF

Un peu comme La Délicatesse de Foenkinos , ce roman semble avoir été écrit pour être filmé. Une histoire somme toute banale qui met en relief de façon humoristique le choc des cultures, des styles de vie et des métiers. La passion vendue au dos du livre a malheureusement oublié de faire son apparition à l’intérieur des pages. C’est en effet une lecture agréable parsemée de romantisme, d’humour et de réalités, mais on ne peut s’empêcher de souligner le manque frustrant de profondeur et d’émotions.

BREF

Sans le « petit plus », caricatural mais distrayant .

(Editions Babel,  254 pages) 

VERBATIM

« Parfois j’ai l’impression que je suis en train d’apprendre son corps par coeur, comme si j’avais peur qu’il disparaisse. »

PLUMES (/5)

L’AUTEUR

Née en 1944, Katarina est journaliste à la radio suédoise. Auteur de livres pour la jeunes et de romans pour adultes, elle a rencontré un succès phénoménal avec ce livre.

Signé : C.

Publicités

26 Commentaires

  1. PhotosNature

    Les livres sembles très intéressants, je prends notes, merci

  2. Totalement d’accord ! Avec tous les avis élogieux que j’entendais dessus je m’attendais à un peu plus de profondeur, ça reste beaucoup en surface et c’est dommage car l’idée est bonne !
    Il faudrait que je lise un autre livre de cette auteur pour voir un peu si on retrouve ça partout, Entre Dieu et moi c’est fini, me tente pas mal, à voir !

  3. Cachée derrière mon écran, voir sous mon bureau, par peur des représailles, j’oserais même dire que c’est un bon « roman de plage » (Aie, ne me faites pas de mal!).

    @Elinor: si tu en lis un autre de cette auteur, fais moi signe, ça m’intéresse!

  4. isa

    Aïe. je ne suis pas d’accord. Je trouve que la profondeur est entre les lignes. C’est justement subtil et très humoristique pour décrire une situation somme toute assez triste : comment s’aimer quand on vient de deux mondes différents et que chacun n’est pas prêt à abandonner le sien ? Le problème est réel et si c’était profond, ce serait peut-être lourdingue. Alors que là c’est drôle.
    J’ai lu la suite « la Caveau de famille » et les Larmes de Tarzan (que j’ai moins aimé mais qui vaut aussi le détour).

    • Bonjour Isa, merci pour ton commentaire !

      Je ne dirais pas que je n’ai pas aimé, mais c’était trop court pour sentir la profondeur mise surement entre les lignes. Je n’ai pas pu m’empêcher de penser que c’était peut-être survolé, et trop léger. Le fait est qu’on en avait tellement parlé partout, que le dos du livre était si bien écrit, que les critiques étaient si élogieuses, que je suis parti du haut de la montage pour redescendre tranquillement vers la plaine…

    • Que dirais-tu de la suite, j’aimerais avoir ton avis, je ne les ai pas lus !

      • isa

        J’ai beaucoup aimé retrouvé les même personnages. Et je trouve que le déroulement de leur relation est réaliste. Mais je n’en dis pas plus ! sinon ça enlève le suspens :-))

  5. ninie32

    Bon bouquin, le tome 2 est aussi triste de réalité, voire triste tout court, mais c’est tout de même une belle histoire, qui a tiré de moi quelques larmes, ce qui arrive très très rarement. Maintenant, le coup de gueule de la petite bibliothécaire que je suis ! Toutes les bibliothécaires ne sont pas de vieilles célibataires qui n’ont aucun sens de la décoration et ne vivent que pour l’amour de la littérature. Je suis en train de lire Chapardeuse, de Rebecca Makkai, où la situation de la bibliothécaire, personnage principal, est un peu la même : célibataire, vivant dans un appartement sinistre et non décoré, et dont tout le monde dit qu’elle a raté sa vie… C’est un peu stéréotypé comme jugement, j’adore mon boulot, mais j’ai 22 ans, un compagnon que j’adore et une vie tout à fait normale.
    Bref j’ai quand même bien aimé ces livres ! J’aimerais aussi lire d’autres choses de cet auteur !

    • Bonjour Mélanie !

      Merci pour ton commentaire, cela me fait vraiment plaisir de lire de nouveaux lecteurs (surtout après 2 semaines de vacances) ! J’en profite aussi pour réagir avec toi sur l’image de « la » bibliothécaire aujourd’hui, que je réfute tout autant que toi (même sans en être une!) ! D’après moi, c’est un des plus beaux métiers du monde, qui traverse les époques et qui j’espère, les traversera encore, quoi qu’on en dise. Le livre, l’objet j’entends, et sa lecture si possible, n’est pas prêt de nous quitter. Et « la » bibliothécaire, ou « le » s’il vous plait, n’est pas un spécimen hors du commun, non non non.

      A très vite j’espère !

  6. Bonsoir ! j’ai aimé ce livre mais lui ai préféré le Foenkinos la délicatesse, bravo pour ce blog qui est vraiment très chouette et agréable tant esthétiquement que sur le fond 🙂 @plus tard sur wordpress !
    The Dude ou Frederic.

  7. Bonsoir, j’ai découvert K Mazetti grâce à ce roman que j’ai beaucoup apprécié. Les deux personnages sont vraiment attachants et j’ai été contente de les retrouver dans Le caveau de famille. (la suite et fin). J’ai eu aussi l’occasion de voir une adaptation théâtrale du roman qui a rencontré un joli succès à Paris. Bonne soirée.

    • Merci pour ta contribution @dasola ! La pièce va t’elle plus loin en profondeur que le texte (peux-tu rappeler le nom d’ailleurs, pour les passionnés de théâtre si la pièce est toujours d’acte!) ? MERCI

  8. Je n’ai pas lu Mazetti, parce qu’on m’a dit effectivement que c’était assez anodin, pas très profond, etc…Ceci dit, la profondeur d’un texte, c’est souvent le lecteur qui la creuse lui-même, par son vécu, son histoire, ce qu’il retrouve de lui-même dans un livre. Je pense que je lirais  » Le mec de… » et la suite, pour voir, peut-être pour me distraire (de temps en temps, hein , ça peut pas faire de mal ! ), mais je ne m’attends pas à bien plus.

    • Je suis bien d’accord avec toi, ces lectures sont agréables parfois, entre deux textes difficiles à digérer ! Le seul problème pour moi, c’est le fossé entre ce que l’on vend du livre (la 4ème de couverture pour celui-là) et la réalité du texte. C’est toujours un peu décevant pour la plupart des lecteurs …

      • Alors ça, c’est certain que la 4ème de couv’, faut pas s’y fier. En ce qui me concerne, quand je dois faire des achats pour notre petite bibliothèque, je dois d’abord tenir compte de notre lectorat, et faire abstraction, bien sûr, de mes goûts personnels. Tellement subjectif, la lecture…le goût des autres, tu sais. Mais mon rôle est aussi d’ouvrir les esprits à d’autres horizons, par toutes sortes de chemins détournés, ça, c’est passionnant; et puis, comme avec les enfants, ne jamais sous-estimer personne, et donner aussi du top niveau, dans l’écriture ou dans le discours. Et donc, pour finir, quand je prépare les achats, je ne regarde pas seulement les sites des éditeurs ( je suis abonnée aux newsletters de plusieurs) mais aussi les choix des libraires ( là, c’est pareil : si on suit quelques librairies, on pige vite leur ligne ), la presse spécialisée ou pas, etc…Après, les copines font un peu pareil, et on se débrouille. Dans tous les cas, on ne peut pas éviter des déceptions. Ainsi, on aime Liana Lévi, de très belles choses, mais là, déception avec « Je suis la Marquise de Carabas » de Lucile Bordes et « Insépables » d’Alessandro Piperno, alors que « D’acier » de Silvia Avallone, extraordinaire ! Mais ces livres trouvent toujours un public malgré tout…La 4ème de couv’, forcément, c’est pour vendre, donc avec elle tout est toujours formidable…
        Qu’est ce que je suis bavarde! mais j’adore parler de tout ça !

  9. Tu as bien raison ! Tu nous ferais pas un petit article sur « Comment bien faire ses achats littéraires quand on est libraire ? » !

  10. Ah ! Si seulement j’étais libraire ! Je suis lectrice avant tout et vouée à faire partager mes emballements, mais c’est tout !

  11. On m’en avait beaucoup parler mais cela ne me donnait pas réellement envie. Mais je t’avoue qu’avec ton article je pense mettre mon petit nez dedans !

    En tout cas j’adore ton blog je découvre de nombreux livre ! Merci 🙂

  12. jeannepe

    Le Mec de la tombe d’à côté est le plus connu, mais de mon côté j’ai préféré Les Larmes de Tarzan et la trilogie Entre Dieu et moi c’est fini – Entre le chaperon rouge et le loup c’est fini – La Fin n’est que le début. Plus de profondeur (si mes souvenirs sont bons, c’est en tout cas le cas pour la trilogie) et un humour qui m’a plus touchée !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :