Eva Perón: la madone des sans-chemise – Alicia DUJOVNE ORTIZ

Capture d’écran 2013-01-21 à 19.22.01EN BREF

De l’enfant illégitime de 1919 à la figure mondiale d’aujourd’hui, de l’ambitieuse à la courtisane, de l’incapable à la réussite radiophonique, de la brune à la blonde, de la timide provinciale à la femme du General Perón, de l’actrice ratée à la femme politique, de l’amie des nazis à l’amie du peuple, de la frigide à la féministe engagée, d’Eva Perón à Evita… de la momifiée à la mystifiée. Voilà comment l’auteur de ce livre nous raconte cette vie. Tout en contradictions et à la recherche des vérités, du bon et du moins bon, Alicia Dujovne Ortiz nous retrace dans les faits et à travers les polémiques, le parcours de cette femme exceptionnelle. Les chapitres suffisent à eux-mêmes pour l’illustrer:  l’illégitime, l’actrice, l’amante, la renaissante, l’épouse, la messagère, la fondatrice, la renonciatrice, la martyre, la momie, et puis enfin… la Sainte. Elle avait un rêve: devenir actrice. Elle l’a vécu sans le savoir, à travers cette lutte inébranlable pour le peuple, où les « journées péronistes » la mettaient dans la lumière le temps d’un discours. Peu de femmes de notre siècle ont suscité une légende aussi durable et aussi controversée qu’Eva Perón. Ni bonne ni mauvaise, elle était aimée par certains et détestée par d’autres pour son fort caractère et son despotisme. Mais au final, c’est bien son rayonnement qui m’a subjugué, cet « algo superior » qui reste là quand on referme ce livre. C’était ma première biographie d’Evita, et surement pas la dernière. Illustrée par les quelques vidéos que l’on peut trouver en ligne, cette histoire ne peut qu’intriguer, passionner et inspirer. Comme si la réponse n’existait pas, et que la question persistait: qui était vraiment cette femme, seule le soir au fond de son lit. Alors Evita, Sainte  ou Femme Politique ?

(Editions Livre de Poche, 495 pages)

BREF

Simplement passionnant.

VERBATIM

« Yo no quise ni quiero nada para mi. Mi gloria es y sera siempre testigo de Peron y la bandera de mi pueblo, y aunque deje en el camino gierones de mi vida yo se que ustedes recogeran mi nombre y lo llevaran como bandera de la victoria »

«La violence aux mains du peuple n’est pas la violence, mais la justice. »

PLUMES (/5)

Capture d’écran 2012-03-06 à 15.13.49

L’AUTEUR

Journaliste, romancière et poète, Alicia Dujovne Ortiz vit et travaille en France. C’est néanmoins dans sa langue natale que l’Argentine signe ses différents ouvrages, parmi lesquels un grand nombre de biographies. On lui doit ainsi le récit d’illustres destins comme celui d’Eva Peron, deDora Maar ou encore d’Anita Garibaldi.

(Source: Evene)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :