HHhH – Laurent BINET

EN BREF

hhhh-laurent-binetJ’y reviens toujours. À cette Seconde Guerre Mondiale. En partant (Juin 2012), j’avais à la main La Mort est mon métier de R.Merle, en revenant, c’est HHhH de L.Binet. Mais la boucle ne sera jamais bouclée, car je suis obsédée. Cependant, je n’avais pas voulu ouvrir ce livre à l’époque de son succès (Prix Goncourt du Premier Roman 2010.). Snobisme! Que voulez-vous, l’étiquette rouge qui crie « ACHETEZ-MOI, JE SUIS LE LIVRE DE L’ANNÉE » m’effraie. Mais comme dirait l’autre: « Je ne suis pas toujours de mon avis« . Et me voilà donc face au mur, ouvrant la première page de HHhH : « Himmlers Hirn heißt Heydrich ». Heydrich, comme Reinhard Heydrich: bourreau de Prague, planificateur de la Solution Finale, chef de la Gestapo, bête blonde, « Protecteur » adjoint du Reich en Bohême-Moravie (Tchécoslovaquie), ordonnateur de la Conférence de Wansee, bras droit de Heinrich Himmler, lui-même bras droit d’Adolf Hitler. « L’homme le plus dangereux du IIIe Reich. »

Cet essai romancé de Laurent Binet débute et se termine par la mort de ce nazi convaincu (et même futur Fürher du IIIe Reich pour certains) et de ses assassins héroïques. Le 27 Mai 1942 à Prague, l’opération « Anthropoïde » qui tuera Heydrich, est déclenchée. Il a suffi à la fois de peu et de beaucoup d’hommes, pour surement changer le cours de l’Histoire. Les faits sont passionnants, et les protagonistes admirables. Comme chaque acte de Résistance, celui-là méritait d’être raconté. Gaběík, Kubiš et Valěík, comme tant d’autres, ont donné l’exemple et ont servi leur pays. Le texte est puissant, le style à part entière, et l’Histoire si réelle.

Cependant, l’auteur interrompt régulièrement son récit par des chapitres annexes où il exprime ses doutes d’écrivain, entre fiction et réalité historique. Un choix original certes, mais quelque peu dérangeant quand on tente de se laisser embarquer dans une telle histoire. Faire des pauses en somme. Et prendre à chaque fois un peu plus de distance avec des personnages qu’on ne veut plus quitter. Malgré cela, ces réflexions personnelles prennent d’après moi tout leur sens dans les dernières pages.  C’est d’ailleurs lorsqu’il délaisse cette mise en abyme du travail d’écriture pour se lancer véritablement dans le récit que Laurent Binet touche au plus juste. Ce qu’on retient au final , c’est une plume passionnée, voir obsédée, et un réel soulagement d’avoir écrit. Malgré les polémiques d’experts, on ne pourra pas reprocher à ce livre son art: nous rapprocher de l’Histoire, et la rendre toujours plus passionnante (L’Histoire pour Tous?).

(Editions Le Livre de Poche,  443 pages)

BREF

Original, personnel et passionnant.

VERBATIM

« Ceux qui sont morts sont morts, et il leur est bien égal qu’on leur rende hommage. Mais c’est pour nous, les vivants que cela signifie quelque chose. La mémoire n’est d’aucune utilité à ceux qu’elle honore, mais elle sert celui qui s’en sert. Avec elle, je me construis, et avec elle je me console. »

« C’est amusant de constater comment, lorsqu’on s’intéresse de près à un sujet, tout semble nous y ramener. »

PLUMES (/5)

Capture d’écran 2012-04-30 à 22.11.22

L’AUTEUR

Laurent Binet est un écrivain français né à Paris le 19 juillet 1972. Il a fait ses études à Paris. Il écrit en 2000 un récit d’inspiration surréaliste, Forces et Faiblesses de nos muqueuses (éd. Le Manuscrit). En 2004, il publie La Vie professionnelle de Laurent B. (éd. Little Big Man) qui témoigne de son expérience d’enseignant dans le secondaire à Paris et en région parisienne. En 2010, il publie le roman historique HHhH (acronyme pour Himmlers Hirn heißt Heydrich, signifiant le cerveau d’Himmler s’appelle Heydrich) aux éditions Grasset.

Pour aller plus loin: ici

Publicités

7 Commentaires

  1. LLB

    Trop envie de le lire! Moi aussi « j’adore » cette période (enfin la littérature sur cette période).
    Je finis mon livre en cours et je m’y met je pense.
    Merci et ton style d’écriture est vraiment chouette!

  2. Merci beaucoup, ça me fait vraiment plaisir « d’entendre » ça, j’ai tellement hésité à me lancer !

    Dans le même genre que HHhH, je te conseille:

    – La mort est mon métier (https://bandedelitteraires.wordpress.com/2012/06/12/la-mort-est-mon-metier-r-merle/)
    – Le choix de Sophie, mon livre 2012 ! (https://bandedelitteraires.wordpress.com/2012/05/31/le-choix-de-sophie-william-styron/)
    Et tant d’autres!

    De mon côté, je vais surement prolonger ces lectures avec:

    – La part de l’autre (Éric-Emmanuel Schmitt)
    – Les Bienveillantes (Jonathan Littell)

    Oui, je sais, je suis un peu en retard 😉

  3. LLB

    Ma biblio jusqu’à l’été toute trouvée ! merci 😉
    Viiite un autre article

  4. Comme vous, j’ai apprécié ce livre. Mais je crois que ce n’est pas un livre que je relirai, j’y ai un peu trop perçu l’effort de l’auteur, un petit côté « exploit », exercice sur la corde raide…il est encore bien jeune, Laurent Binet, non?

    • Laurent Binet est né en 1972 effectivement. Ceci explique cela non ? Je suis assez d’accord avec vous sur sa recherche parfois trop forcée de l’exploit… c’est d’ailleurs ce qui résume parfaitement ma gêne sur certains passages de son récit. Les fameux « chapitres annexes » !

  5. Bonjour, j’ai pris un très grand plaisir à lire ce livre il y a de cela quelques mois déjà. Sa façon de dépeindre les faits est passionnante. Merci pour cet article 🙂
    The Dude.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :