L’adieu aux armes – Ernest HEMINGWAY

adieuarmes

EN BREF

Me voilà embêtée. Clasher Hemingway, non merci. Je vais donc rester diplomate et seulement dire que cette première rencontre me laisse partagée. La lecture de ce chef d’oeuvre m’a déroutée, parce que j’attendais bêtement d’être subjuguée, mais ce n’est jamais vraiment arrivé. Pour faire court, c’est une histoire d’amour sur fond de Première Guerre Mondiale (ou le contraire, on ne sait plus très bien), qui débute en Italie, et s’achève en Suisse. Elle (Catherine Barkley), l’anglaise, je n’ai pas pu m’empêcher de l’imaginer naise. Lui (Frédéric Henry), l’américain, plutôt lâche. Et la Grande Guerre, bien plus commode qu’elle m’en avait l’air. Alors oui, c’est un récit de guerre descriptif, écrit simplement et brillamment, parsemé de dialogues presque pauvres, et de passages surprenants de vérité. Je crois qu’au fond, ce livre est un grand livre, mais que le charme n’a simplement pas opéré sur moi. Ernest, on remet ça bientôt quand même ?

BREF

Trop brillant pour moi?

(Editions France Loisirs)

VERBATIM

« C’est toujours comme ça… On n’a jamais le temps d’apprendre. On vous pousse dans le jeu. On vous apprend les règles et, à la première faute, on vous tue. » 

PLUMES (/5)

Capture d’écran 2012-03-09 à 15.01.45

L’AUTEUR 

Ernest Miller Hemingway, né le 21 juillet 1899 à Oak Park dans l’Illinois aux États-Unis et mort le 2 juillet 1961 àKetchum (Idaho), est un écrivain, journaliste et correspondant de guerre américain. Son style d’écriture, caractérisé par l’économie et la litote, a influencé le roman du xxe siècle, comme l’ont fait sa vie d’aventurier et l’image publique qu’il entretenait. Il a écrit la plupart de ses œuvres entre le milieu des années 1920 et le milieu des années 1950, et sa carrière a culminé en 1954 lorsqu’il a remporté le prix Nobel de littérature. Ses romans ont rencontré un grand succès auprès du public du fait de la véracité avec laquelle il dépeignait ses personnages. Plusieurs de ses œuvres furent élevées au rang de classiques de la littérature américaine. Il a publié sept romans, six recueils de nouvelles et deux œuvres non romanesques de son vivant. Trois romans, quatre recueils de nouvelles et trois œuvres non romanesques ont été publiés à titre posthume. (Source: Wiki)

Publicités

8 Commentaires

  1. Je n’aime pas particulière l’homme derrière l’écrivain et ça me freine pour l’apprécier… A savoir qu’il a été blessé à la guerre mais il n’était qu’ambulancier…

  2. rhoo « particulièrement », of course ! 😉

    • Je suis assez d’accord avec toi Asphodèle, il a plus l’air d’un simple observateur qu’autre chose. J’ai donc du mal à comprendre quelques critiques décrivant ce récit comme « une des plus belles illustrations de la 1ère Guerre Mondiale ». Pour ma part, à aucun moment je ne me suis sentie dans la tête d’un soldat au combat. Voir même dans la tête d’un ambulancier face à la misère d’une guerre.

  3. J’ai beaucoup aimé « Le Viel homme et la mer » et « Paris est une fête » que je conseille au passage. Mais j’ai un problème quand je lis Hemingway : est-ce que je lis l’auteur ou le traducteur ? Son style sec, sa narration, que certains qualifient de cinématographique, viennent-ils vraiment de lui ?

    • Je ne suis pas (encore) au courant de cette polémique ! Dis-m’en plus !

      • Doucement, ce n’est pas une polémique, c’est une interrogation personnelle après avoir lu quelques pages de la V.O du « Viel homme et la mer ». En règle générale, on oublie souvent les traducteurs et le travail qu’ils opèrent, cela va dans le sens de mon dernier commentaire, une simple interrogation donc.

  4. LLB

    J’adore ton article 🙂
    Je n’ai jamais lu de livres d’Emingway : je le rajoute donc à ma liste !!

    Par ailleurs, je ne sais pas si tu avais vu deux de mes articles sur des livres :
    http://lalineablog.com/category/culture/litterature/

    J’espère que ca te plaira et que tu me donnera ton avis 😉

    Pour l’heure je suis en pleine lecture de « femmes de dictateur » et ça promet 🙂

    • Hello LLB, merci pour ton commentaire !

      Pour Hemingway, d’après ce que j’ai pu lire il faut mieux commencer par « Paris est une fête » ou « Le vieil homme et la mer » que par celui-là, un peu décevant pour ma part !

      Ca donne quoi « Femmes de dictateurs » ? De quelles femmes s’agit-il, ça m’intéresse ce petit sujet !

      J’ai fait un tour par ton blog pour voir tes deux dernières lectures, mais malheureusement je ne peux (encore) rien en dire, car je ne les ai pas lus ! Mais ta critique sur le Pascal Garnier m’a grandement donné envie de l’acheter ! A très vite j’espère !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :