La physique des catastrophes – Marisha PESSL

La_Physique_des_catastrophesEN BREF

A 27 ans seulement, Marisha Pessl, jeune américaine de Caroline du Nord, a vu son roman sélectionné par le prestigieux New York Times Book Review et a reçu par la même occasion plusieurs prix littéraires. Très bien Marisha, mais peut mieux faire. Le livre est bon certes, prenant c’est vrai, déroutant parfois, et surprenant jusqu’à la fin. Mais fini les bêtises, c’est loin d’être un chef d’oeuvre. A vouloir mettre d’originalité partout (dessins, quizz final…), tu t’y es perdue. Et je suis donc tout naturellement restée sur ma faim. C’est drôle, c’est limpide, c’est relevé, c’est ingénieux… mais ne serait-ce pas un chouilla trop enfantin? Tes personnages sont à la fois intéressants et survolées, le rythme est indécis (lent, rapide, lent, rapide…lent?), les références littéraires à chaque page sont pesantes, et le personnage principal, Blue, semble la seule à mériter notre affection. Un peu déçue, je me demande si tu as écris au service de l’originalité ou au service de l’histoire…

BREF

Beaucoup de bruit pour pas grand chose?

PLUMES

Capture d’écran 2012-03-09 à 15.01.45

VERBATIM

« Si nous sommes tous des vers, alors moi je suis un ver luisant »

L’AUTEUR

Marisha Pessl, née le 26 octobre 1977 à Clarkston dans le Michigan, est une écrivaine américaine.

Née d’un père autrichien et d’une mère américaine, professeur d’anglais, elle a grandi en Caroline du Nord. Après des études littéraires à l’université Columbia, elle travaille comme consultante financière à Londres, au sein de PricewaterhouseCoopers1.

Elle écrit à partir de 2001 ; son quatrième roman (mais premier publié), La Physique des catastrophes, a été élu comme l’un des meilleurs livres de l’année 2006 par le New York Times. Il a été couronné du prix Millepages en décembre 2007.

Publicités

2 Commentaires

  1. cafeaulaitcapuccino

    très intéressant, on découvre un auteur(e)

  2. Il y a probablement pas mal de postures dans le livre mais je dois dire que j’avais été plutôt impressionnée à l’époque, surtout du fait du jeune âge de l’auteure. Je ne me rappelle plus parfaitement de l’histoire mais je me souviens que passée la lourdeur du taux d’étalage culturel à la page, j’avais eu du mal à le lâcher.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :