La famille Tot – István ÖRKÉNY

9782070303410EN BREF

Durant la guerre contre le bolchevisme, une paisible famille accueille un commandant en repos. Afin d’attirer ses bonnes grâces sur leur fils parti au front, ils vont se plier en quatre pour lui plaire et pour qu’il se sente bien. Pas si simple lorsqu’on a affaire à un homme insomniaque, de retour de la guerre, dont l’autorité naturelle est bafouée par sa petite taille, et qui ne demande qu’une chose : commander en paix. Et il trouve son plaisir dans une activité toute simple : forcer ses hôtes à fabriquer des boîtes à pansement pour l’armée. Bref, avec ce stakanoviste du travail à la chaîne, la famille Tot devra faire preuve de souplesse s’ils veulent améliorer le quotidien de ce fils dont ils espèrent follement le retour. À travers huit tableaux présentant des situations kafkaïennes aux rebondissement rocambolesques, frôlant souvent avec l’absurde, c’est une sévère critique de l’autorité, de la hiérarchie et de la violence que nous livre István Örkény.

BREF

Légèrement absurde, cynique et rythmé.

VERBATIM

« Cipriani : Celui qui croit aujourd’hui qu’un soulier est un soulier, c’est un malade. Un soulier est un violon, un abricot, un téléphone. Mais un soulier, jamais! »

« Le Commandant : Il y a dans les gestes de ce travail une harmonie, une plénitude, une beauté quasi intemporelle…L’âme trouve enfin son repos. Le cartonnage, c’est le salut de l’humanité ».

PLUMES
Capture d’écran 2012-03-06 à 15.13.49

L’AUTEUR

István Örkény a un profil particulier : diplômé de pharmacologie en 1934, il entre en contact avec le cercle littéraire Szép Szó en 1937. C’est par ce biais qu’il publiera ses premières oeuvres romanesques. Ingénieur chimiste diplômé au début de la Seconde Guerre Mondiale, déporté dans le camp de travail, puis fait prisonnier à Donbass, il est libéré en 1946 et publie « Le peuple des camps », témoignage de ses années de captivité. Ses oeuvres ne sont guère appréciée de la politique, qui l’interdisent d’écriture. Néanmoins, dans les années 50, il travaille comme dramaturge – et n’est donc pas considéré comme écrivain mais comme secrétaire – pour le Théâtre de l’Armée. Sa pièce Tóték (La famille Tot) date de cette époque. C’est un tel succès que les classes politiques le ré-autorisent à écrire (1963). Elle ne sera toutefois publiée sous son nom qu’en 1968, dans une adaptation française de Claude Roy.

Par Yuri Didion.
L’éduc’artiste
https://educartiste.wordpress.com/

Publicités

Un commentaire

  1. Pingback: Örkény, I., « La famille Tot , 1968 | EDUC'ARTISTE «

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :